Accueil A la une photo

La lutte contre le gaspillage alimentaire se poursuit !

En 2015, 26 kilogrammes d’aliments non consommés ont été jetés par les français. Les Parisien.ne.s jettent trois fois plus de produits alimentaires encore emballés. Pour répondre à cet enjeu, la Ville de Paris a adopté en décembre 2015 un Plan stratégique de lutte contre le gaspillage alimentaire. Le Comité de suivi constitué dans le cadre du Plan constate, mi-mars, un bilan encourageant.

Éviter le gaspillage alimentaire en amont

La Ville de Paris, que nous souhaitons éco-exemplaire, a déjà engagé cette démarche avec ses restaurants collectifs. Les Caisses des Écoles, gestionnaires des cantines scolaires de la Ville, élaborent actuellement des chartes qui guideront la mise en œuvre de bonnes pratiques permettant d’éviter le gaspillage en amont. À terme, une formation des personnels de cuisine et animateurs des écoles permettra d’apprendre les gestes responsables aux enfants, moteurs de changement.

Promouvoir des circuits courts et ainsi réduire le nombre d’intermédiaires entre la production et la consommation participe à réduire le gaspillage alimentaire. Nous accompagnons de nombreux projets et acteurs sur le territoire qui mettent en place ces circuits courts de distribution. Grâce au soutien de la Ville, Kelbongoo! ouvrira prochainement une halle alimentaire permettant aux parisiens d’accéder à des produits de qualité provenant de producteurs locaux. La Louve, supermarché coopératif et collaboratif, a déjà atteint 4000 collaborateurs fin 2016. Enfin, l’année 2017 verra le déploiement du projet Paris Campagne, dont l’ambition est de mettre un place une solidarité entre Paris et les lieux de production alentours autour d’une alimentation durable.

L’expérimentation d’un magasin éphémère 100% vrac et sans emballage par Biocoop avec la SEMAEST fin 2015 dans le 10ème arrondissement de Paris s’est montrée concluante. Afin de permettre une implantation pérenne de cette activité à Paris et d’activer ce levier de la réduction du gaspillage alimentaire, la Ville travaille avec le Réseau Vrac et les acteurs qui participent à la promotion et à la structuration de cette filière.

Permettre la redistribution des aliments

De nombreux parisiens n’ont toujours pas accès à une alimentation en quantité et en qualité suffisante, le gaspillage alimentaire est donc une aberration. Orienter les excédents alimentaires vers des personnes en situation de précarité, engager des démarches solidaires et renforcer le lien social par le biais de l’alimentation sont des priorités pour Paris.

Pour cela, la Ville accompagne et soutient les acteurs de la restauration collective et des marchés alimentaires parisiens pour favoriser le don alimentaire. Près de 10 marchés ont d'ores et déjà conclu des partenariats avec des associations comme La tente des glaneurs, Moissons Solidaires, la Croix Rouge, Hologramme, Le Secours Populaire ou la Mie de Pain, pour la collecte, la valorisation et la redistribution de leurs invendus alimentaires.

Le succès d’un premier appel à projets en 2016 a permis d’équiper 19 associations en matériel de stockage, de conservation et de transport. Via le budget participatif, les parisiens ont largement soutenu le projet « L’alimentation : du gaspillage au partage », afin que la dynamique se poursuive. En 2017, 1,5 millions d’euros seront donc accordés aux acteurs parisiens lauréats du nouvel appel à projets pour qu’ils puissent développer les lieux de transformation des invendus, favoriser l’innovation et mailler le territoire parisien de dispositifs efficaces.

Sensibiliser les parisiens

Selon le baromètre comportemental de 2015 de la Direction de la Propreté de Paris, 7 ménages sur 10 déclarent ne jamais gaspiller alors qu'une étude du Ministère de l’environnement estime que chaque foyer français perd en moyenne 400€ par an par le gaspillage. Le décalage entre la perception et la réalité du gaspillage alimentaire à Paris est donc important et doit être réduit par la sensibilisation.

Celle-ci passe à Paris par des animations à l’échelle locale et la diffusion de supports et outils dont les « box anti-gaspi » distribuées aux restaurateurs pour que leurs clients puissent emporter les aliments non consommés et le livret « A Paris, le gaspi c’est fini ! ».

Le 16 octobre 2016, lors de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, 1500 brunchs ont été préparés par des Chefs cuisiniers à partir d’invendus alimentaires et distribués sur le parvis de l’Hôtel de Ville. À cette occasion, pour démontrer leur engagement, ils ont signé une Charte contre le gaspillage alimentaire. En 2017, la journée du 16 octobre sera une nouvelle fois l’occasion de nous mobiliser pour réduire le gaspillage.

?

Laisser un commentaire