Accueil A la une photo Les entrepreneurs sociaux du monde entier réunis à Paris pour le forum IMPACT²

De nouvelles ressourceries à Paris !

Intervention au Conseil de Paris du 14 décembre 2016

Paris s’engage pour une économie porteuse de sens, qui produit sans piller, consomme sans gaspiller, valorise sans détruire. C’est cette économie, solidaire et circulaire, qui nous permettra de faire face aux deux défis majeurs que sont la création d’emplois non délocalisables, et la préservation de nos ressources.

 

Un engagement croissant en faveur d’une économie du réemploi

 

L’exécutif parisien s’est engagé à déployer des ressourceries-recycleries sur le territoire parisien. Paris en compte déjà 7 généralistes, et 5 spécialistes, qui détournent de nos poubelles 3 000 tonnes de déchets chaque année.

Ce sont l'Interloque dans le 2ème et dans le 18ème, La Petite Rockette dans le 11ème, Ma Ressourcerie dans le 13ème, La Ressourcerie créative dans le 14ème, Emmaüs Defi dans le 19ème, Emmaüs Coup de Main dans le 20ème

Ainsi que Rejoué dans le 14ème, Carton Plein dans les 14ème et 18ème, la Réserve des arts dans le 20ème, la Table des Matières dans le 14ème

Si ces ressourceries sont d’ores et déjà des structures économiques structurantes sur notre territoire, nous avons l’ambition d’en ouvrir 10 nouvelles dans la mandature. Parce que nous pouvons imaginer une ville qui soit à la fois cyclable ET circulaire, la Ville soutient également les ressourceries vélo, qui font l’objet de la délib DAE364 portée avec Najdo.

 

Et en effet, notre ambition a déjà porté ses fruits, puisque nous avons déjà ouvert deux ressourceries depuis 2014, toutes deux situées dans le 14e arrondissement : la Table des Matières et la Ressourcerie créative.

 

Aujourd’hui, ce sont quatre nouvelles ressourceries auxquelles nous vous proposons de donner un coup de pouce de départ :

  • Du Bleu dans les yeux (DAE366), dans le 20e Cette ressourcerie s’installera au 46 rue des Rigoles, et devrait être à même de collecter 100 tonnes de déchets dès sa première année d’installation.
  • La Bricolette, dans le 10e Cette ressourcerie a d’ailleurs été sélectionnée au budget participatif 2016 dans le 10e arrondissement et cherche aujourd’hui un local afin de déployer son activité. La subvention proposée devrait lui permettre de financer le poste lui permettant de trouver ce local et de sensibiliser les résidents en amont de son ouverture. Elle travaille en lien avec l’association de makers Scolopendre.
  • Une nouvelle antenne de la ressourcerie La Petite Rockette, spécialisée dans le vélo, ouvrira ses portes au 6 rue des Goncourts ;
  • La seconde ressourcerie du vélo est portée par Etudes et chantiers, nous votons ce jour son installation sous le Pont d’Arcole, dans le cadre de la piétonnisation des Berges de Seine.

Ces deux dernières ressourceries créeront à terme 4 emplois ainsi que 8 postes d’insertion.

Les ressourceries-recycleries sont de véritables alliées des services publics. Elles font toutefois face à des difficultés et des défis particuliers, puisque l’accès au foncier est particulièrement difficile au sein de notre Ville. Ainsi, au-delà de ces aides au démarrage que nous vous proposons d’adopter, je rappelle le travail effectué par les services, en partenariat avec le REFER-Réseau francilien du réemploi, pour développer des modèles économiques viables pour ces structures importantes pour l’économie circulaire sur notre territoire.

 

Au-delà des ressourceries, redessiner nos vies et notre ville

 

La stratégie d’économie circulaire de la Ville dépasse toutefois la stricte question des ressourceries. Les Etats Généraux de l’économie circulaire du Grand Paris, le Livre Blanc qui en est issu ainsi que ses 65 propositions l’ont en effet montré : nous devons soutenir largement les initiatives des acteurs économiques pour transformer durablement nos modes de production et de consommation.

 

Ainsi, la délibération à laquelle vous faites référence, Mme Levieux, propose de soutenir deux autres démarches complémentaires :

 

  • Celle de l’économie du troc et du partage. Nous avons déjà évoqué ensemble en Conseil de Paris le lancement des « Trocs de trucs », nous avons d’ailleurs installé l’un de ces kiosques dans la Cour de l’Hôtel de Ville, et je remercie encore les agents de la Ville pour leur implication dans ce projet.

Les structures du territoire se sont également saisies de ce projet municipal. Aujourd’hui, la Petite Rockette nous propose d’expérimenter ces boites à don sur le 11e arrondissement.

Aux côtés de l’économie de la fonctionnalité, de l’éco-conception, de la valorisation des déchets, l’économie du partage, du prêt, du don… est un pilier important pour la circularité de notre ville et l’amélioration de son métabolisme urbain. C’est là l’un des objets de notre engagement dans le processus « Sharing City » et « Fab City » et je me réjouis de l’adhésion des acteurs de notre territoire à cette démarche structurante.

 

  • La quatrième structure que je vous propose aujourd’hui de soutenir me tient particulièrement à cœur. Arketip est une association d’insertion qui vient d’être créée, et vise à développer le réemploi des matériaux du bâtiment.

 

Vous le savez, le secteur du bâtiment est l’un des plus importants créateurs de déchets en France. Il représente 3,4 millions de tonnes de déchets par an, soit plus de trois fois plus que la totalité des déchets ménagers (source Ademe). Aujourd’hui, une partie de ces déchets est recyclée, mais la part de réemploi en reste très confidentielle.

 

Avec Jean-Louis Missika, et grâce à l’engagement sincère et enthousiaste des agents de la Ville et notamment de la DPA, nous avons pu réaliser des innovations remarquables, comme le Pavillon Circulaire, piloté par le Pavillon de l’Arsenal. Mais ces métiers sont nouveaux, et les moyens et compétences manquent encore pour évaluer la qualité des terres et matériaux, les revaloriser, les réemployer sur nos chantiers.

 

En aidant Arketip à émerger et à se structurer, nous nous rendons un fier service, qui nous permettra d’imaginer une Ville tout en récup’, une ville qui soit à la fois moderne, protectrice de notre santé et de nos ressources. Une Ville résolument tournée vers l’avenir.

Laisser un commentaire